Capoeira Porto de Minas

Capoeira

La capoeira est une lutte à mains nues née au 16e siècle chez les esclaves brésiliens. Sous sa forme dansée, chantée et inoffensive aux yeux des colonisateurs, ce rituel était en réalité une véritable préparation au combat. Aujourd’hui reconnue Patrimoine immatriel de l'Humanité par l'UNESCO, la capoeira est art, culture, musique et jeu. C’est une philosophie de vie qui développe la motricité, la perception, la maîtrise du corps et de l’esprit.
Le jeu se déroule au sein d’une roda (cercle formé par les capoeiristes), rythmée par trois berimbaus, un atabaque et deux pandeiros. Ces instruments ainsi que les chants des participants qui frappent dans les mains donnent l’impulsion et l’énergie qui portent le jeu.

A à Z de la capoeira

Batuque – 1

Danse d’origine congo-angolaise qui a exercé une grande influence sur la danse folk afro-brésilienne. Dans le territoire d’origine, le terme batuque est le nom d’une danse de caractère général dans laquelle les participants, en cercle, exécutent des pas, « sapateados », selon un rythme donné par les mains et les instruments de percussion (atabaques). Dans le batuque, les danseurs forment un cercle, un homme ou une femme va au milieu et après avoir exécuté différents pas le danseur va donner un coup de nombril, que l’on appelle semba, à la personne choisie pour aller le remplacer au milieu du cercle.

Lire la suite : A à Z de la capoeira

Histoire des grands maîtres

Mestre Bimba

Manoel dos Reis Machado est né le 23 novembre 1900 dans le quartier Engenho Velho, paroisse de Brotas, à Salvador, État de Bahia (Brésil). Fils de Maria Martinha do Bonfim et du lutteur Luiz Cândido Machado, Bimba commence la capoeira à l’âge de 12 ans. Il a pour maître l’Africain Betinho , capitaine de la Compagnie de navigation bahianaise. C’est avec lui qu’il apprend la « Capoeira de Angola » avant de l’enseigner pendant de nombreuses années.

Lire la suite : Histoire des grands maîtres

Les instruments de la capoeira

instrumentos1L’orchestre complet d’une roda de capoeira de Angola se compose de trois berimbaus, deux pandeiros, un atabaque, un agogô et un reco-reco. Maître Bimba, créateur de la capoeira Regional, n’utilisait qu’un berimbau et deux pandeiros dans sa roda.

Le berimbau

Lorsque trois berimbaus sont joués ensembles, celui qui a le son le plus grave est appelé « gunga » ou « berra-boi ». Il est généralement joué par le capoeiriste le plus expérimenté ou par celui qui dirige la roda. Ce berimbau détermine le rythme de la roda et la manière dont les jeux doivent être faits.

Le berimbau au son intermédiaire, appelé « medio », marque le rythme de l’orchestre, faisant peu de variations dans son jeu.

Lire la suite : Les instruments de la capoeira

Histoire de la capoeira

Une lutte en forme de danse

Les historiens et les chercheurs ne sont pas d’accord sur l’origine de la capoeira. Certains défendent l’idée que l’Afrique a été son berceau, d’autres pensent que cette lutte est une création des Africains et de leurs descendants afro-brésiliens sur le territoire du Brésil. Peu importe d’où est apparu l’art de la capoeira, c’est sur le sol brésilien qu’il s’est consolidé pour revêtir la forme qui est actuellement connue et enseignée.

Lire la suite : Histoire de la capoeira